FAQ sur les nuisances

Ambroisie

En période de pollinisation, l’ambroisie peut provoquer des rhinites, conjonctivites, trachéites, asthme ou encore de l’eczéma. Empêchez-là de pousser en occupant l'espace à sa place (méthode préventive) :

  • éviter de tondre trop ras
  • éviter les désherbants qui mettraient le sol à nu et faciliteraient la pousse de l'ambroisie
  • semer du gazon de septembre à octobre
  • planter une végétation dense sur des paillages en toile, copeaux de bois ou en écorce (de mi-novembre à fin février)
  • l'année d'après, si le terrain le permet et que l'ambroisie ne repousse pas grâce aux plantations et aux semis, éviter de faucher.

Détruisez-la si vous venez de faire des travaux et que vous ne pouvez pas encore semer ni planter, en général jusqu'à fin août (méthode curative) :

  • si vous avez de petites surfaces et que le sol est meuble : arrachez-la.
  • si vous avez de grandes surfaces : fauchez-la.

Dans les deux cas :

  • surveillez l'apparition des boutons floraux et intervenez avant qu'ils n'émettent leur pollen
  • portez un masque et des gants pour vous protéger.

Signalez la présence d’ambroisie

Rats et rongeurs

La dératisation d'un bâtiment privé n'est pas prise en charge par la Ville ou la Métropole de Lyon. Ce sont les régies, propriétaires, etc. qui ont cette responsabilité sur le domaine privé.

Pour information, la direction de l'eau de la Métropole effectue une dératisation des réseaux d'assainissement dans toute la ville d'Oullins une fois par an.

Pigeons

Un arrêté préfectoral interdit formellement de jeter ou déposer graines ou nourriture en tous lieux publics pour attirer les animaux errants ou sauvages, notamment chats et pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées.

Moustiques

Des campagnes de démoustication sont réalisées tous les ans au printemps dans la commune. Elles consistent à traiter les larves qui se développent dans chaque point d'eau, qu'il soit naturel ou artificiel.
Un registre de recueil de plaintes est disponible en mairie et permet l'intervention d'agents spécialisés dans les meilleurs délais.

Vous pouvez contribuer à empêcher leur prolifération en adoptant les gestes suivants :

  • enlevez tous les objets dans le jardin ou sur la terrasse qui peuvent être des recueils d'eau,
  • supprimez l'eau stagnante dans les soucoupes sous les pots de fleurs ou les remplir avec du sable,
  • vérifiez le bon écoulement des eaux de pluie (gouttières),
  • couvrez les réserves d'eau (bidons, citernes) avec de la toile moustiquaire.

Le moustique Tigre

L'aedes albopictus, plus connu sous le nom de "moustique tigre", fait l'objet d'une surveillance particulière car il est un vecteur potentiel de maladies virales comme le chikungunya ou la dengue.
Ce moustique de petite taille (5 à 7 mm) est recouvert d'une multitude d'écailles de couleurs blanches et noires. C'est un insecte urbain et diurne : il pique le jour, particulièrement à l'aube et au crépuscule, principalement à l'extérieur des habitations. Sa période d'activité se situe du 1er mai au 30 novembre.

Document d'information sur le moustique tigre

Signaler un moustique tigre

Tigre du platane

Le tigre du platane est un insecte qui ne pique pas et qui ne représente aucun danger pour l'homme. Il constitue cependant une gêne pour les riverains proches de platanes. Les seuls moyens existants actuellement pour éradiquer cet insecte sont des méthodes chimiques, très peu employées car coûteuses et très nocives pour l'environnement.

Document d'information sur le tigre du platane

Chenilles processionnaires

En mars débute la migration des chenilles entre les cocons qu'elles ont réalisés dans les arbres et le sol. Les longs poils urticants de ces insectes sont très allergènes et provoquent des réactions importantes voire graves pour la santé. Il ne faut surtout pas les toucher ou les écraser, ni s'approcher trop prêt car leurs piquants sont transportés par le vent.

La lutte contre cet insecte s'effectue en amont : en faisant intervenir un professionnel qui coupera les branches sur lesquelles on trouve les nids, ou bien en installant des pièges à phéromones.

Pyrale du buis

La pyrale du buis passe par plusieurs stades : larve dans un cocon entre l'automne et l'hiver, chenille au printemps puis papillon. Les chenilles bien camouflées dans les buissons, ne sont pas toujours faciles à détecter. Cependant elles ont tendance à remonter à la surface par temps chaud. C'est le moment de les éradiquer en brûlant les végétaux infectés, en coupant toute source lumineuse à proximité des buis durant la nuit, en appliquant des produits biologiques composés de substances actives type lambda-cyhalotrine, ou de bacillus thuringiensis variété kurstaki (se renseigner en jardinerie).

Cynips du châtaignier

C'est un insecte originaire d'Asie considéré comme le ravageur le plus important des châtaigniers. La Préfecture du Rhône a signalé ce parasite dans notre secteur géographique. La solution préconisée est la destruction des végétaux contaminés dès que la présence du parasite est avérée.

Pour plus d'informations, contactez les services de la direction régionale de l'alimentation, l'agriculture et de la forêt Rhône-Alpes : Tél. 04 78 63 13 72

Qualité de l’air

La qualité de l’air est porteuse de nombreux enjeux pour la Métropole. De nombreux polluants comme les oxydes d’azote et les particules fines présentent des niveaux de concentration encore préoccupants pour la santé des grands lyonnais.

La surveillance de la qualité est assurée par Air Rhône-Alpes.

Informations annexes au site