Déclassement A6 A7

Rendre la ville à ses habitants

Une première étape

Le déclassement de l’A6-A7 entre Limonest et Pierre-Bénite a été acté en 2016. Cette première étape, symbolique mais essentielle, représente une modification importante de notre environnement dans les prochaines décennies. C’est la raison pour laquelle il faut dès maintenant s’assurer du bon déroulement de ce projet et des choix d’infrastructures qui seront faits pour que cette décision profite notamment à tous les Oullinois.

Enjeux

Le barreau Nord doit ainsi préserver l’agglomération du trafic qui existe aujourd'hui sur ce que l'on appelle la diagonale Bordeaux-Genève. Au sud, et dans l’optique de la future A45, il faut être très vigilant pour préserver l'arrivée sur l'A450 qui ne peut accueillir plus de véhicules qu’elle n’en reçoit aujourd’hui. Un bouclage plus large empruntant l'emprise de la ligne TGV à grande vitesse et permettant de ressortir plus au sud de la Métropole soulagerait le raccordement A46 sud et donc la partie sud de l'autoroute A7. Le bouclage de l'A432 et l'abandon annoncé du grand contournement ouest sont également « sur la table ».

Enfin, aménager l'A6-A7 en boulevard urbain, c'est forcément se poser la question des 50 000 véhicules restants une fois le trafic de transit expurgé.

Toutes ces questions devront être débattues à la Métropole avec les élus locaux des communes riveraines de l’A6-A7, en particulier à Oullins où l’enjeu est de rouvrir aux berges du Rhône le quartier de la Saulaie, ancien et nouveau.

115 000
C’est le nombre de véhicules qui passent chaque jour sur l’A7 à la hauteur d’Oullins, dont une grande majorité de trafic local. Le déclassement de l’autoroute devrait réduire ce volume de plus de la moitié.

Informations annexes au site